Mora |La chélation : Protocole

Morathérapie et Chélation

Messung am Hautmesspunkt(1)Quels sont les protocoles de chélation adaptés pour votre organisme ?
De nombreux patients me sollicitent pour avoir des avis sur la chélation et la morathérapie, ou sur les techniques thérapeutiques dédiées à la suppression de certains éléments trace (mercure notamment).

Beaucoup d’entrevous pensent à tord que la morathérapie est le remède miracle pour les sortir d’une ornière difficilement franchissable… celle de l’intoxication aux métaux lourds.

L’intoxication aux métaux lourds, telle que nous l’entendons (éléments trace) n’est absolument pas reconnue en France.  Si reconnaissance il y avait, cela remettrait en cause les amalgames dentaires, ainsi que les vaccins (conservateurs), les produits phytosanitaires, et le traitement de l’eau potable (floculation par aluminium ou fer).

De nombreux médecins et spécialistes ont tiré la sonnette d’alarme, mais elle ne fut pas entendue (lire Le « Pratikadent »  et les articles de Jean-Marie Danze).

L’objectif ici est de vous donner une orientation et des pistes  de réflexion dans vos recherches de santé ;  ceci de manière effective et concrète, avec un recul de 5 ans (suivi de patients en chélation).

L’ÉVALUATION | Les tests fiables :

  • Tests Urinaires,
  • Tests sanguins,

Les tests Mora ne détectent qu’une suspicion par résonance,  comme nous le pratiquons pour les allergies. C’est une information intéressante mais pas suffisante.

Dois-je vous rappeler que de s’engager dans une chélation peut durer plusieurs années, avec parfois des coûts prohibitifs (300e l’injection de DMPS) et des résultats parfois aléatoires : ostéoporose par fuite des ions calciques, migrations des ions métalliques, troubles neurologiques  etc.

LES PROTOCOLES DE CHÉLATION :
Chélation Douce : ail des ours, coriandre* (neurotoxique à long terme : cétones terpéniques 5%), zéolite micronisée++, acide aminé soufré++ telle que la taurine.

La difficulté pour ces produits est de passer la barrière hématoencéphalique pour déloger les métaux stockés dans le cerveau.

Chélation dure :  Injection en intraveineuse de DMPS (en milieu médical exclusivement).
Produit puissant à faire en cure de 3/6 mois maxi ; jamais sur plusieurs années comme l’ont fait certains patients (déminéralisation importante). Résultats efficients le plus souvent, mais gros risque allergique et fuites calciques.

Résultats pas toujours concluants en fonction des strates métalliques à libérer. Au Mora nous notons le plus souvent une amélioration de la conductance électrique à la norme, favorisant donc l’amélioration fonctionnelle.

L’ACCOMPAGNEMENT AVEC LE SYSTÈME MORA

OBJECTIF : Définir à quel stade en est l’organisme avant la chélation, ceci  en terme de vitalité et d’énergie de défense (MTC).
Après avoir fait le test urinaire qui est non invasif, nous  définissons par bilan EAV le niveau de vitalité du patient. Son système immunitaire doit être au maximum de son potentiel pour évacuer les métaux mis en circulation par le DMPS, ceci par le biais des émonctoires : reins, foie, intestin, peau.
Le soutien des émonctoires se fait par biodétection (eav)  des produits agissant sur la lymphe  (ainsi que le mésenchyme)  Des activations  « somatiques » sont parfois déclenchés par la chélation.

Une chélation  bien accompagnée permet de vaincre la résistance aux changements ainsi que certains automatismes de fonctionnement.

Les métaux lourds ont un effet involutif incontestable sur la biologie, les échanges cellulaires et énergétiques de l’organisme,  ainsi que sur la psyché .  Ils bloquent  en se combinant aux récepteurs neuronaux, aux protéines, aux lipides  les échanges cérébraux, nerveux, hormonaux.

L’accompagnement avec des  séances de biorésonance permet aussi des détox régulières de DMPS .

En résumé, le Mora n’intervient pas dans la chélation mais dans le soutien de l’organisme, le contrôle du PH et l’état du système immunitaire et des défenses de l’organisme.

Il permet de vérifier un non effondrement du système immunitaire, et l’équilibre du PH organique (qui ne doit pas s’acidifier). Des Bilans Electroniques de Vincent (BEV) sont souvent complémentaires.

Il faut compter environ 18 mois de traitement en chélation (par cycle de 3 mois) . Intervertir le DMPS et chélation douce (phyto, zéolite micronisée, ail des ours, coriandre). Certains patients ont vu leur état s’améliorer dans le temps, avec parfois une nette diminution de troubles neurologiques (sclérose en plaque notamment).
En cas d’amalgames dentaires, il faudra faire une « dépose » contrôlée et intelligente (ne pas tout « déposer » en une seule fois – celle-ci doit se faire selon un protocole strict) et bien prendre connaissance des risques (notamment la reprise des caries sous les composites, fragilisation des dents après fraisage, intoxication hépatique due aux résines, faible résistance à la mastication, radioactivité résiduelle des ciments -verres ionomères etc… Sources d’infos : Dr Estelle Vereeck – Site Holodent.fr).

La chélation en est à ses balbutiements. La biologie et les métaux lourds sont encore un terrain miné…(remise en cause de l’industrie et de la chimie).

Un bilan électronique de Vincent est à conseiller pour vérifier les PH tissulaires et les éventuelles déviations des mesures électroniques du sang, salive, et urine.

 

Un graphique EAV : Séance 1 |  Patient ayant entamé un protocole de DMPS (assuré par le Dr. R. en intraveineuse)
Mesure avant la première séance de DMPS.

Avant DMPS

Bilan E.A.V. effectué avec le Mora Super

Le patient se plaint d’état douloureux permanent (diagnostiqué Fybromialgique). Forte présence de mercure établie par prise de sang + provocateur.


 

4 mois plus tard (4 intraveineuses , soit une par mois)

Nette amélioration de la conductivité mais il est encore trop top pour que le les douleurs soient améliorées (6-12 mois).

Ici l’organisme a clairement bénéficié de la chélation. Le patient n’en ressent pas encore les bénéfices. Il me téléphonera quelques mois après pour m’indiquer une amélioration notable de sa mobilité et de sa fatigabilité .

Il faudra poursuivre la cure de DMPS, car après le mercure, le cuivre montre des valeurs supérieures à la norme.

 

Screen Shot 02-02-15 at 05.59 PM

Bilan E.A.V. effectué avec le Mora Super

Ce n’est bien-sur qu’un exemple qui ne fait pas office de règle, car au Mora on apprend très vite qu’aucune prédictibilité n’est possible,  la physiologie étant  unique dans sa régulation.

 


Site du Dr Estelle Vereeck : Holodent.fr