Mora|Métaux lourds et chélations

Screen Shot 01-24-15 at 08.37 PMLes protocoles Mora permettent d’aider l’organisme dans le soutien de la chélation.

La détection d’une suspicion de charges organiques de métaux lourds repose sur la technique d’électro-acupuncture, procédé utilisé depuis plus de 50 ans en Allemagne et ayant acquis ses lettres de noblesse.

C’est un système non invasif, basé sur des mesures impédancemétriques d’une grande fiabilité. Cependant il ne pourra qu’indiquer un terrain de charge ou de suspicion, ainsi que les organes les plus fortement touchés dans leur fonctionnement.
Après un minimum de deux séances, à raison de 2 mois d’espacement, les mesures sont alors ré effectuées et permettent de définir le niveau d’imprégnation desdits métaux ou produits chimiques.

Il faudra à ce moment orienter le patient, pour établir des bilans biologiques objectifs, et définir le protocole de chélation en fonction de l’état de son système immunitaire. Les tests et régulations par biorésonance Mora permettront un accompagnement du patient pour favoriser la sortie des produits toxiques aux travers de la lymphe puis des reins et du foie.

Un suivi médical est  obligatoire pendant la phase aigüe d’élimination ou la prise de chélateurs durs (par intraveineuse par exemple).

Une déminéralisation est souvent importante lors de chélation sur 2-3 ans,  et devra être particulièrement suivie en cas de terrain d’ostéoporose avérée, d’adénopathie, et troubles du système nerveux (car migration des ions mercure).

Contrairement à ce qui est véhiculé par des idées fantaisistes (sur certains forums spécialisés), le système Mora, à lui seul, ne peut en aucun cas être suffisant pour entreprendre une CHÉLATION.

Les liaisons éléctroniques et chimiques des métaux lourds aux protéines et graisses organiques ne sont pas délogeables par simple biorésonance. De nombreuses analyses urinaires et sanguines m’ont montré la totale inefficacité du système  dans ce cas précis, et ceci après des mois de soins par biorésonance.

Les charges toxiques restent à l’identique, le corps semble juste mieux le supporter.

En accompagnement, le système mora est primordial pour évaluer la capacité du corps à gérer la chélation et éviter les fatigues chroniques dues aux cures de chélations, et permet d’établir des phases de revitalisation.

La chélation n’est pas anodine et provoque des effets secondaires importants dans le cas d’un non-contrôle. Bien effectuée, elle permet au patient de se sortir de situations biologiques dégénératives importantes.

Le point fort  de la technique mora, dans ce contexte, est d’évaluer la qualité du vivant et d’aider le patient à soutenir les forces vives de l’organisme pour favoriser la sortie par les émonctoires des charges de métaux lourds délogées par la chélation.


métaux lourds et chélations

Mora | La régulation rapide

Cas concret de régulation

En 1 séance, pour certains patients dont le profil énergétique est simplifié, une séance mora, suffit parfois à induire une conductivité normalisée .

C’est souvent l’indication que le sujet a conservé une faculté de régulation hors du commun. Pour ce type de patient il n’est pas rare de voir après questionnement qu’une hygiène de vie ainsi qu’une pratique « énergétique régulière » est souvent à la source de cette capacité de régulation.

Graphique EAV

Régulation rapide


Les normes

Mora | Hyper Fonction Thyroïdienne

Cas concret de régulation

Les bilans EAV dans la lecture du vivant.

L’hypertyroïdie et l’hyperfonction organique

Femme de 48ans, avec une hyper thyroïdie soignée traditionnellement par NEOMERCAZOLE.
Malgré ce traitement l’organisme est dans un dérèglement profond (au sens global)  et la patiente est dans un état d’agitation émotionnel très important.
Les analyses hormonales sont pourtant dans les normes biologiques standards.

3 consultations auront été nécessaires pour induire dans l’organisme une norme de conductivité et de régulation (dominante de vert). Accompagnée par une acupuncture sans aiguilles et par une gamme d’unitaires homéopathiques pour induire une régulation fonctionnelle.

Il reste encore des zones en inflammation (rouge) qui nécessiteront de nombreux drainages par complexes homéopathiques et modération du YANG par biorésonance, pour que l’action équilibrante soit complète et profonde.

Les graphiques EAV  (régulation globale de l’organisme + Néomercazole) :

Hyperthyroïdie


Normes :

Les normes

 

 

Maladie de Lyme

Maladie de lyme et inflammation du système lymphatique

Consultation : Patiente de 59 ans venant pour une cure de revitalisation. Au moment de la consultation elle présente étourdissement, grande fatigue, cognition diminuée.
Analyses médicales effectuées : Formulation sanguine montrant une augmentation constante de globules blancs depuis 4 mois, pour arriver au mois de juin à 10 000/mm3 (valeur maximum de la norme), mais rien de significatif selon son généraliste.

lymeJe reste toujours très prudent en énergétique quand le patient montre un graphique  hautement yang (énergie défensive) et que celui-ci n’est aucunement en rapport avec un état d’esprit, une situation somatique, ou un mode de vie en relation avec ce contexte énergétique  (traduisant souvent une dépense énergétique non récupérée par l’organisme ou beaucoup de colère..), cela peut être aussi l’indication d’un processus infectieux en cours (virus, marqueurs tumoraux, intoxication).

Ici la patiente est calme, affaiblie, un peu égarée même et ne présente pas le profil d’un état yang de ce type.

Dans les mesures d’éléctroacupuncture, il est clairement établi qu’une augmentation de la conductivité tissulaire montre des états où l’immunité est en activité notamment en cas de méridiens Lymphe  Foie et Triple Réchauffeur sont élevés :

 

●    Terrain allergique,
●    Saturation lymphatique,
●    Activité du système immunitaire.
●    Ou agitation psychologique très prononcée.

 

Graphique EAV/MORA

lyme

Ici, nous pouvons noter un état inflammatoire hors norme. Le système défensif de l’oragnisme est à son maximum. Nous retrouvons ce genre de graphique EAV dans des états de chocs toxiques, ou parfois des expositions aux produits chimiques répétés. Graphique EAV assez rare.

Un peu perplexe, je ne comprends pas ce bilan.  Je poursuis mes recherches et mon questionnement…  La patiente finit par se rappeler de sa piqûre « en pièce de monnaie, typique du tique » au mois de mars.
Test nettement positif à la sérologie de lyme début avril. Cure antibiotique spécifique sur 2 mois, impérative pour éliminer la bactérie véhiculée par le tique.
Ayant enfin l’explication de ses mesures. Aucune proposition de rééquilibrage ne sera effectuée pendant la séance afin de ne pas diminuer ou masquer l’activité défensive de l’organisme en cours.
Fin juillet, les analyses sanguines reviennent à la norme. Il aura fallu 3 mois pour éliminer de l’organisme toxines et bactéries véhiculées par la piqûre.
J’ai donc proposé une régulation de fond avec des nosodes en relation avec la Borrelia Burgdorferi* (selon les protocoles allemands) afin d’éviter les terrains neurologiques dégénératifs souvent présents sur plusieurs années dans ce genre de contexte de piqûre.

Après 4 mois de régulation :

MORA2

L’organisme est en cours de régulation, mais l’inertie lymphatique est très longue à se remettre en place. Il faudra attendre encore au moins 3 mois de régulation pour obtenir un graphique à la norme.


Les normes

Les normes