Morathérapie et Cancer 2/3

Partie 2/3

Certains auteurs parlent notamment de la perte de conscience de la cellule*** et de son environnement biologique. Cette perte de conscience de la cellule fait qu’elle travaille pour elle-même et non plus pour le collectif. Cellule quasi immortelle, elle se révèle parfois indestructible même avec des armes corrosives telles que la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Système Mora

La morathérapie comme thérapie de soutien  et de prévention :

Les protocoles allemands de biorésonance concernant le cancer sont bien définis ;  la biorésonance et la morathérapie peuvent fortement aggraver l’état du patient, notamment dans la phase active du cancer, et surtout quand le patient est en pleine chimiothérapie ou radiothérapie.

 

Dans mon expérience de thérapeute, j’ai pu observer de nombreux patients en rémission totale (plus de 10 ans sans récidive), car ils ont été dépistés très tôt, et très bien suivis par les thérapies traditionnelles de la médecine classique.

Amorcer un processus de soins par médecine alternative (en tant que soin prioritaire) lors d’atteinte oncologique est à mon sens un pur suicide (ceci dit le libre choix thérapeutique existe, encore faut-il le faire en pleine conscience de ses actes).

Vous êtes très nombreux à me contacter pour savoir ce que peut apporter le système mora en oncologie ; je vais donc tenter de vous informer au mieux  et de vous aiguiller, en fonction des études publiées en Allemagne, ainsi que de ma propre expérience, dans vos choix, afin que vous ne fassiez pas d’erreurs d’orientions thérapeutiques parfois dictées par des praticiens peu informés qui vous feront perdre un temps précieux dans la course à la guérison.

Le cancer

Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d’un tissu normal de l’organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée. Ces cellules dérivent toutes d’un même clone, cellule initiatrice du cancer qui a acquis certaines caractéristiques lui permettant de se diviser indéfiniment. Au cours de l’évolution de la maladie, certaines cellules peuvent migrer de leur lieu de production et former des métastases.

Pour ces deux raisons, le dépistage du cancer doit être le plus précoce possible.

« Cancer » est un terme général désignant une maladie pour laquelle certaines cellules du corps humain se divisent d’une manière incontrôlée. Les nouvelles cellules résultantes peuvent former une tumeur maligne (un néoplasme) ou se propager à travers le corps. Les facteurs de risques sont internes (génome, mutation), induction par un agent infectieux… et/ou externes (alimentation, irradiation..).

 


Etudes : * Dans le cas du cancer du sein, par exemple, les attitudes dépressives comme l’apathie, l’indolence et la fatigue tendent à diminuer l’activité des cellules NK. Cela a pour effet d’augmenter la prolifération tumorale. Référence bibliographique : Brown J. H., & Paraskevas F. (1982). Cancer and depression: cancer with depressive illness: a autoimmune disease? Brit. J. Psychiat., 141, 227-232.** Psychologic Intervention Improves Survival for Breast Cancer Patients. Andersen BL, Yang HC, Farrar WB, Golden-Kreutz DM, Emery CF, Thornton LM, Young DC, Carson WE 3rd. Department of Psychology, Ohio State University, Columbus, OH 43210-1222, USA.*** Mes cellules se souviennent… – Broché, de Michel Larroche.